Chant La Boulangère

 

Ils se souviennent, ils racontent.....

Sans_titre_1

À vous et à vos familles, amis de la 21ème Cie de la DBFM morts le 19 06 1959 dans le djebel Aïssa, secteur d'Aïn-Sefra

 

DUBUIS_Robert___Paroles_1

DUBUIS_Robert___Paroles_2

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Christian NIETO nous raconte:

09 04 1953 - 09 04 2011, 58 années séparent ces deux dates. Ce Jeudi 09 04 1953, vers midi, nous arrivons en gare de Quimper. Nous sommes accueillis par des officiers mariniers qui nous accompagnent à bord de camions type P 45 pour effectuer un trajet d'une trentaine de Kms. Les odeurs nauséabondes qui se dégagent du véhicule nous incommodent fortement. Arrivés au Dourdy nous découvrons un château majestueux, nous devenons des "princes". Un repas frugal nous est offert, 58 ans plus tard je me souviens du menu: hors d'oeuvre, poulet rôti accompagné de pommes de terre rissolées et une pâtisserie ( éclair ou religieuse) même à la maison ce n'était pas toujours aussi abondant.L'après-midi est consacré à la visite des lieux, puis douches collectives, c'était à celui qui se dévêtirait le dernier, nous étions pudiques. Le soir nous devions être hardis pour prendre place dans des hamacs instables. Un an plus tard, début Mars 1954, séparation, les uns partent pour Saint Mandrier, les autres restent à l'école des Mousses. Chacun de nous a eu sa vie, plus ou moins réussie, mais je crois que dans l'ensemble nous avons pu avoir une vie d'homme, au sens noble du terme. Aujourd'hui nous sommes de vénérables personnes âgées avec des coeurs de jeunes "Pupilles".

Chers amis, recevez toute mon amitié. Christian.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 
Subject: rappel du 09 avril 1953 ou 1331 de l'hégire
 
Dans les remblais de ma mémoire resurgit cette journée du jeudi 9 avril 1953 où l’équivalent d’une Cie de gamins à peine sortie de leur chrysalide allaient subir la métamorphose de l’adolescence.
Dans le froissement des essieux et quelques jets de vapeur,le train express Paris-Quimper nous abandonna avec une cénesthésie toute juvénile en pays bigouden ,pour une aventure dont bon nombre d’entre nous étions des frères de “Simon Chalumot”.Alors”Allons z’enfants”aux bons soins de l’accueillant cerbère de service ,le 1er ordre était de monter dans les citroen type P45.
Destination pour le château du Dourdy en Loctudy Aléa jacta est”,les locataires pour un bail d’un an ,éventuellement renouvelable ,étaient soumis à une prise en main faite avec célérité et décence .La bienveillance de rigueur,ne laissant place à aucune lacune de la science militaire;ceux qui avaient connu la rive droite de la ligne de démarcation(ce qui fut mon cas)étaient d’emblée dans l’ambiance de la discipline.
Au fil de l’initiation”Ad REM”,nous découvrîmes les subtilités de la gamelle double,du noeud de chaise double”trop fort n’a jamais manqué”devise du bosco au teint nécrosé de vibices ,mis sur le compte des intempéries du passé!”Sol lucet omnibus”Un jour sans vin est comme un jour sans soleil!”épigraphe mis en exergue sur la façade des bistrots dignes de ce nom.
Enfin,une valeur fondamentale était celle du plat de huit où les jeunes commensaux éprouvaient un appétit de morfale!Attention:”Tarde venientibus ossa” les rations semblaient toujours insuffisantes ,mais les calories scientifiquement calculées :aucune surcharge pondérale type Mac Do ne pouvait survenir.
J’ai la réminiscence de la 1ère nuit,incluant les mots de “travées,hamacs,crochets ,araignées”.Tous ces éléments étaient ponctués par la communication d’un instrument à vent appelé “clairon”barbare et entrainant à la fois.l’emploi du temps défiait à quiconque d’extraire la racine carrée de l’ennui!Le terme de “Repos et sac”était annonciateur de l’angoisse du matricule,le pochoir ne tolérait pas le cirage!
Les matières enseignées ,militaires ou autres étaient à l’image d’une réaction en chaine ,les électrons libres étaient invités au peloton ,avec mousqueton selon la gravité du cas ,à considérer comme gymnastique fortifiante!La pénitence apprend au chêne à s’enraciner!.La marche dite en canard mains derrière la nuque était précurseur de la chanson débile que nous connaissons!
Quelques figures sur la photo de famille prise sur le perron du château rassemble les élèves avec leurs instructeurs:tous restent gravés dans la mémoire,loin d’être des parangons de vertu,mais ô combien pénétrés du sens de la transmission du savoir.Le capitaine de Cie répondant avec justesse au doux nom de “bébé rose” L’époque du capitaine Bligh était révolue depuis belle lurette.
Puis,dispersés au gré  du destin,certains déjà affranchi du temps,du nombre et de l’espace,et dans le repos que la vie à troublé ,reste un reliquat d’une race d’élite en voie de disparition.
Nous étions lestés de l’essentiel pour affronter l’ascension du Golgotha “Car il portait sur sa poitrine les tatouages de son destin-qui disent-soleil et bon grain-à tous les hommes qui devinent l’éternité dans l’air marin-
Nous sommes les “has been” gardiens du phare aux amers immuables après 59 années et qui ont scellé le sens de l’amitié et de la fraternité .
  J’aurais encore beaucoup de choses à vous dire,mais je ne les dis pas,crainte de vous ennuyer.(Formule obligatoire dans la correspondance nippone)
   Envoradur caradec,mat avel et matez hent  à tous. ton”scouarnec et lagadec” Emile.

KIEHL Emile

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Capture_fusil

Vous vous souvenez de ce fusil , le Mousqueton Berthier, modèle 1916, arme utiilsée pour l'entraînement au stand de tir. Celui qui ne maintenait pas fermenent la crosse était certain d'avoir l'épaule meurtrie.......

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Un ancien de la 4ème compagnie: BOTTINEAU Guy, cite:

A Loctudy à cette époque il y avait près de 500 élèves répartis en 5 compagnies: la 3 (entrée en Avril) et la 4 (entrée en Octobre pour les pupilles  - La 1 (entrée en Octobre) et la 2 (entrée en Avril) pour les mousses - La compagnie de Maistrance pont (entrée en Octobre) - Pour chaque compagnie de pupilles il y avaint 5 sections, pour les mousses cela était équivalent mais elles s'appelaient "escouades". Il se souvient également de "Marie-Cécile" à la lingerie......(Jamais de la vie, on ne l'oubliera, la première fille...)

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Notices concernant l'école des Mousses: 1947/48

Notice 1

Notice 1

Notice 2

Notice 2

Notice 3

Notice 3

Notice 4

Notice 4

Notice 5

Notice 5

Notice 6

Notice 6

Notice 7

Notice 7

Notice 8

Notice 8

Notice 9

Notice 9

Notice 10

Notice 10

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

Notice 11

Notice 11 - (Jean-Emlie Jacquet)

Notice 12

Notice 12 - 11 11 1959, revue à Nemours - LE TENSORER Gérard, Mousse: 1954/55, 3 ème cavalier en partant de la gauche, affecté à La D B F M dans la "police montée" - Les marins savent tout faire: cavaliers, parachutistes, etc...  (Le Tensorer Gérard)